Culture neige

neige

Hiver 2018_2019 : Les Carroz était la seule station de moyenne altitude de Haute Savoie à proposer le retour ski village par ses 2 pistes dédiées ; et ce, grâce au travail des enneigeurs.

Sur ce volet, les Carroz anticipent l’avenir : rénovation du parc des enneigeurs et investissements dans des techniques écologiques qui vont de pair avec son engagement environnemental.

La neige de culture aux Carroz en 7 questions-clés

 

« Neige de culture » ou « artificielle » ?

Changement de vocabulaire oblige. Car les enneigeurs permettent à ce jour de produire de la neige véritable, faite simplement d’eau et d’air froid ; d’où le terme actuellement d’usage : neige de culture.

 

Comment cela fonctionne ?

Côté technique, le processus tient en points simples et élémentaires liés à la nature : de l’eau passant dans un mécanisme d’air, pulvérisée dans une atmosphère froide et créant ainsi de la neige avec les mêmes propriétés que la neige tombant du ciel. Le ratio de la production de neige est des plus efficaces puisqu’il est de 1 pour 2. Avec 1m3 d’eau, il est produit 2m3 de neige !

 

Qui de la consommation d’eau ?

La principale crainte lors de la production de neige réside dans la consommation d’eau. Le ratio ci-dessus montre que la gestion de l’eau est moindre qu’imaginée. Sur une saison hivernale, sont environ utilisés 100 000 m3 d’eau. L’utilisation de l’eau des retenues collinaires est encadrée conjointement avec les services communaux, et utilisée une seule fois pour l’hiver. Cette eau est régénérée d’une année sur l’autre, puisque « stockée » dans les lacs lors de fonte des neiges, puis utilisée à nouveau pour la production de neige.

Un parc d’enneigeurs à la pointe ?

Cela fait maintenant 3 ans que le domaine skiable des Carroz investit dans un plan de rénovation du parc des enneigeurs, s’élevant au total à 2,5 millions d’euros. Cette année représente la dernière phase. Pour bilan : 30 enneigeurs ont été changés sur un parc de 167. L’investissement opéré sur le sujet permet à ce jour de pouvoir enneiger 40% du domaine skiable.

 

Un investissement, pourquoi ?

Les enneigeurs remplacés avaient 27 ans. Comme toutes technologies ou nos voitures, les progrès font qu’aujourd’hui les enneigeurs sont plus performants, moins énergivores et avec davantage de capacité de production tout en utilisant moins de ressources ; ajouté à cela un meilleur ratio performance / coût. Avec des enneigeurs plus récents, et donc la production d’une neige plus qualifiée et maitrisée, de nombreux postes de dépenses se réduisent (pompage d’eau, maintenance, damage, consommation des ressources, moyens humains…).

 

La durabilité de la neige, garantie ?

Aucun acquis est pris sur la production, puisque la durabilité est travaillée en amont de la production (l’été) grâce à des plans de damage, du terrassement, de l’engazonnement, de la sélection de fleurs/plantes avec des agriculteurs pour gérer la montée des bêtes en alpage et une qualité du sol permettant de conserver plus longtemps la neige produite.

 

Neige de culture et environnement, compatibles ?

La production de neige n’inclut aucun additif, ou autres interventions chimiques. Ainsi, la neige de culture en production ou fondant à la fin de saison ne rejette aucune substance ayant un impact sur l’environnement. Et les enneigeurs d’aujourd’hui produisent plus, mieux et avec moins de ressources. Ainsi, l’enjeu est davantage d’ordre économique et sociétal, qu’environnemental. Aujourd’hui faire vivre le produit ski, c’est faire vivre toute une station, et les emplois sous-entendus.

Propos recueillis auprès de Monsieur Frédéric HUART, Directeur d’Exploitation du Domaine Skiable et des Pistes